Au préalable : identifier le bruit

Si vous souhaitez améliorer la qualité acoustique de votre logement, c’est que vous éprouvez une gêne par rapport à un bruit. La première chose à faire est donc d’identifier :

  • le type de bruit qui cause la gêne :

S’agit-il d’un bruit aérien extérieur (trafic routier, ferroviaire, aérien) ou intérieur (voix, télévision, instrument de musique) ? D’un bruit d’impact (marche, chute d’objets, déplacement de chaises) ? D’un bruit d’équipement (chasse d’eau, ventilation, ascenseur) ?

  • la provenance du bruit et par où il transite :

Les ondes sonores se diffusent dans toutes les directions à partir de l’émetteur. Un bruit entendu dans une pièce et émis dans la pièce directement au-dessus aura transité par le plafond mais aussi par le plafond des pièces voisines et les murs latéraux.

Pour repérer le chemin du bruit, une bonne méthode consiste à coller son oreille sur les parois d’où semble provenir le bruit.

Bruit aérien extérieur

Dans la majorité des cas, les bruits de l’extérieur pénètrent par les points faibles que sont la porte d’entrée, les fenêtres, les prises d’air en façade, les coffres de volets roulants, la toiture lorsqu’il y a des combles aménagés, et les cheminées à foyer ouvert.

FENETRES

Pour les fenêtres, vérifiez que l’étanchéité à l’air est bonne. Pour cela, ouvrez la fenêtre, placez une feuille de papier sur les joints, puis refermez : on ne doit pas pouvoir retirer la feuille.

Un double vitrage ou un vitrage feuilleté ne sont pas forcément des vitrages performants en acoustique. Dans les cas d’exposition au bruit les plus courants, un vitrage de composition du type 10mm(verre).10mm(air).4mm(verre) est suffisant. Des verres plus épais, ou des verres feuilletés acoustiques, permettent de meilleures performances si la fenêtre le permet.

Un spécialiste vous dira s’il convient de remplacer uniquement le vitrage, remplacer la fenêtre en gardant la partie fixe de l’ancienne fenêtre (fenêtre de rénovation, qui diminue le clair de jour), ou changer la totalité de la fenêtre. ,

Il est recommandé de choisir des fenêtres certifiées ACOTHERM. Leurs qualités acoustiques sont garanties.

Pour préserver la santé des occupants et éviter un excès d’humidité, la nouvelle fenêtre doit impérativement comporter une entrée d’air équipée d’un silencieux (entrée d’air « acoustique »).

COFFRE DE VOLET ROULANT

Le coffre de volet roulant, surtout lorsqu’il est à l’intérieur ou traversant, peut être une voie de transmission importante, soit parce qu’il présente un manque d’étanchéité, alors il convient de boucher les fuites par un joint silicone, soit  parce que ses parois sont de masse insuffisante, et dans ce cas il faut garnir l’intérieur avec un matériau lourd (au moins 10kg/m2), par exemple des plaques de bitume chargées de sable.

Si vous changez l’ensemble fenêtre + coffre, bien vérifier que la performance acoustique annoncée est pour l’ensemble installé.

PORTES PALIERES

Les portes palières, en appartement, ou extérieures, en maison, doivent être à âme pleine et surtout étanches à l’air sur leurs quatre cotés, la meilleure solution pour la partie basse étant le seuil « à la suisse ».

 



COMBLES

En maison individuelle, un comble aménagé, comportant une couverture en tuiles, un isolant thermique fibreux et un parement intérieur en plaques de plâtre, peut être insuffisant pour correctement s’isoler du bruit, en particulier du bruit des avions. Une solution simple consiste à garnir la totalité des parois donnant sur l’extérieur à l’aide d’une ou deux plaques de plâtre supplémentaires. Un parement en planches de bois n’offre pas d’étanchéité suffisante pour apporter un gain en acoustique.

CHEMINEES

Pour la cheminée à foyer ouvert, il faut choisir entre la chaleur et le bruit : aucun silencieux ne résiste aux gaz de combustion et il faut boucher l’ouverture de la cheminée donnant sur la pièce, par exemple par une vitre de 8mm.

ECRAN ACOUSTIQUE

Si vous habitez dans une maison et que le bruit provient d’une route, d’un chemin de fer, il est possible, sous réserve que cela soit conforme aux règles locales d’urbanisme, de protéger les parties basses à l’aide d’un écran acoustique. Cet écran peut par exemple s’intégrer à votre clôture (pour en savoir plus, consultez le site www.aprea.fr).

Bruit aérien intérieur

LE BRUIT PROVIENT D'UN APPARTEMENT VOISIN

Si vous êtes en appartement et que la gêne est due à un bruit aérien (voix, télévision) provenant d’un autre appartement, une solution consiste à doubler les parois par où passe le bruit. Le plus difficile est de les identifier, car contrairement au sens commun, ce n’est pas toujours par la paroi qui sépare du voisin que le bruit passe le plus. Le bruit se propage dans toutes les structures soit en direct, soit par voie latérale.

Les cloisons de distribution intérieures en maçonnerie légère (brique ou carreau de plâtre) sont particulièrement adaptées au transport du bruit d’un appartement à l’autre. Une première analyse peut être faite en collant son oreille successivement sur toutes les parois, séparatives et liées à la séparative, et de comparer l’intensité des bruits transmis. Si les intensités sont comparables, il faut alors traiter toutes les parois, ou les désolidariser du séparatif par un trait de scie lorsque cela est possible.

Il n’existe pas de doublage efficace dont l’épaisseur totale est inférieure à 5cm, et le poids par m2 inférieur à 10kg. Les produits « miracle » dont les caractéristiques sont inférieures conduisent à des améliorations si faibles qu’elles ne sont pas perceptibles, et des déconvenues certaines.

Le doublage comporte toujours un parement en plaque de plâtre, ou autre matériau rigide d’épaisseur entre 10 et 20mm (OSB, Fermacell), et un absorbant acoustique fibreux. Il est soit collé par plots sur la paroi (complexe de doublage à base de laine de verre ou de roche, collé exclusivement sur les parois verticales), soit fixé sur une ossature en bois ou métal indépendante de la paroi. Pour renforcer l’efficacité du doublage, il est préférable d’utiliser 2 plaques de 10 mm plutôt qu’une seule de 20 mm. Il ne doit y avoir aucune connexion rigide entre le parement et la paroi à doubler, et l’absorbant fibreux ne doit pas être comprimé entre la paroi et le parement. L’efficacité d’un doublage est d’autant plus grande que la performance de la paroi de départ est faible.

LE BRUIT PROVIENT DES PARTIES COMMUNES

Si le bruit provient des parties communes (hall d’entrée, paliers, escaliers), une bonne porte telle que décrite ci-dessus doit donner satisfaction.

Par ailleurs, il est bien connu que les espaces réverbérants stimulent les vocations précoces de chanteurs d’opéra ou de tribun, particulièrement dans les halls d’entrée et les cages d’escalier. Il suffit de placer au plafond ou sur les murs un matériau absorbant acoustique résistant bien au vandalisme (laine de roche sous parement de bois perforé par exemple) pour atténuer fortement cet effet.

Contactez le syndic de votre immeuble pour qu’il traite le sujet.

LE BRUIT PROVIENT D'UNE MAISON VOISINE MITOYENNE

Dans le cas de maisons mitoyennes, il y a souvent une partie de la structure commune comme le plancher du rez-de-chaussée et les fondations. C’est par ces éléments que transitent les bruits et non pas seulement par le séparatif. Et dans ce cas, le problème n’est pas simple à résoudre.

Dans ce cas, contactez un acousticien pour qu’il analyse précisément le problème technique et les solutions à mettre en œuvre.

LE BRUIT PROVIENT D'EQUIPEMENTS DU LOGEMENT

Les bruits provenant des circuits d’alimentation en eau sont généralement dus à une trop forte pression d’eau dans le réseau d’alimentation ou à des robinets dont les qualités acoustiques ne sont pas bonnes.

Pour traiter ces bruits hydrauliques, limitez la pression de l’eau dans les canalisations à 3 bars en installant un réducteur de pression sur le réseau d’alimentation et choisissez des robinets marqués NF. Si cela est relativement facile dans votre propre appartement, ce peut être plus délicat de l’exiger de votre voisin…

Les bruits qui proviennent de la chasse d’eau du voisin cheminent souvent par la gaine technique commune aux deux appartements. Vérifiez l’étanchéité de la porte de visite, lorsqu’elle existe. Si le bruit persiste, il faut renforcer l’isolation de la gaine, en ajoutant sur la gaine une double épaisseur de plaque de plâtre ou une plaque de bois aggloméré de 22mm, y compris sur la porte de visite.

Une solution consiste dans ce cas à changer la porte de la gaine avec une porte à joints de qualité et à encoffrer les réseaux par des plaques en particules de bois de 20mm ou des plaques de plâtre type BA13.

Si les bruits proviennent de la ventilation mécanique contrôlée :
contactez un professionnel pour qu’il vérifie l’équilibrage de l’installation : la dépression à la bouche est peut être trop forte. Si la gêne persiste, nettoyez les bouches et remplacez-les par des bouches d’extraction silencieuses CSTBat.

Les bruits provenant de l’ascenseur doivent être traités en priorité sur l’équipement lui-même, ce qui est une affaire de spécialiste, et de la responsabilité du syndic de l’immeuble.

Dans certains cas où une chambre se situe juste à coté de la machinerie, il est possible de renforcer l’isolation de la paroi mitoyenne, comme cela a été décrit dans le premier paragraphe. C’est également de la responsabilité du syndic car cela peut être une question de désolidarisation des moteurs ou des poulies.

Bruit d'impact

Si vous êtes en appartement et que vous entendez marcher votre voisin du dessus ou celui d’à coté, si vous entendez trainer les chaises ou les impacts des jouets des enfants, c’est que l’isolement aux bruits d’impact est insuffisant.

La principale difficulté pour améliorer la situation est que le traitement le plus efficace consiste à changer le revêtement de sol de l'appartement de votre voisin.

Il est toujours possible de placer un doublage sous le plafond qui vous sépare de votre voisin, mais il ne sera efficace que si le bruit ne passe pas par d’autres parois, en transmissions latérales (voir premier paragraphe).

Si par contre vous décidez de changer de revêtement de sol dans votre appartement, et que vous voulez éviter les ennuis avec votre voisin du dessous, il est impératif que le nouveau revêtement soit au moins aussi efficace aux bruits d’impact que celui que vous remplacez.

Il existe deux techniques pour isoler efficacement aux bruits d’impact selon que le revêtement de sol est souple ou dur.

  • Parmi les sols souples efficaces, on trouve pour la plupart des moquettes un peu épaisses, les tapis, les revêtements en dalles ou lais de vinyl sur sous couche mousse (certification NF UPEC A+), le linoléum sur sous-couche, les moquettes en coco. Tous ces produits atténuent bien les chocs aigus (billes, semelles en bois), mais sont peu efficaces pour les bruits sourds (choc du talon, enfants qui sautent).
  • Si vous choisissez un sol dur, carrelage ou parquet, vous disposez de deux techniques :

La plus simple consiste à poser le sol dur sur une sous-couche souple dédiée à cet usage. Les sous-couches pour carrelage et parquet flottant testées en laboratoire et certifiées doivent être utilisées en priorité.

La seconde consiste à mettre en œuvre une chape flottante, chape anhydride ou dalle béton (5 à 6cm), ou en plaques de platre ou de bois sur une sous-couche souple. Les sous-couches acoustiques minces d’épaisseur inférieure à 10mm doivent être choisies avec la certification CSTBat. Cette technique est, selon les cas, la plus efficace, mais aussi la plus difficile à mettre en œuvre par un non-spécialiste, et également celle qui prend le plus d’épaisseur.

EN SAVOIR PLUS

Consulter le site internet du CIDB (Centre d'Information et de Documentation sur le Bruit).