Bien acheter, bien rénoverle guide de la qualité du logement

Les revêtements textiles type moquette

Les revêtements textiles type moquette

Description

Les moquettes sont constituées de dalles ou de bandes, les « lés », en matériaux naturels (laine), synthétiques (polyamides, polyester, polypropylène) ou mélanges naturel et synthétique.

Il existe trois modes de pose :

COLLAGE SUR SUPPORT

Dans le mode par collage sur support pour les dalles et les lés, les éléments sont collés soit directement sur le plancher soit sur un support intermédiaire, la « thibaude ».

Pose collée
Pose collée - schéma : © Dicobat

POSE SIMPLE

Dans le mode par simple pose pour les dalles plombantes, les dalles sont posées sur un support recouvert d’une couche de préparation destinée à les stabiliser. 

POSE PAR TENSION

Dans le mode de pose par tension pour les lés (mode de pose traditionnel), les lés sont posés sur un support, la « thibaude », et fixés en périphérie de la pièce par des bandes d’ancrage.

Cette pose par tension et thibaude est considérée comme la plus performante.

Pose tendue
Pose tendue - schéma © Dicobat
Pose clouée
Pose clouée - schéma © Dicobat

Usages

La moquette doit avoir son indice UPEC au moins égal à l’indice UPEC défini par la règlementation pour le local de destination.

Certaines moquettes n’ont qu’un classement UP ; par défaut, elles sont E1 sauf la moquette floquée qui est E2.

Certaines moquettes n’ont pas d’indice UPEC mais un indice T (défini par l’International Carpet Classification Organisation) : l’indice T doit être compatible avec la classe d’usage de la pièce concernée.

classe T2 (usage léger)

utilisation modérée type chambres

classe T3 (usage modéré)

utilisation moyenne type salons, salles à manger, entrées

La moquette en laine à forte densité a une forte résistance thermique : elle n’est donc pas adaptée à un plancher chauffant.

Performances

Une moquette est caractérisée par son épaisseur (en mm) associée à la densité de serrage (nombre de point au m2). Plus une moquette est dense et épaisse, meilleure est son isolation thermique et acoustique.

REACTION AU FEU

Une moquette doit avoir un bon comportement au feu. La réaction au feu est caractérisée par un indice qui va de A1 (incombustible) à F (très facilement inflammable).

La moquette doit être au moins E. La laine naturelle a un excellent comportement au feu contrairement aux textiles synthétiques.

MODE DE POSE

Le mode de pose entre dans la qualité d’une moquette : la présence de la couche intermédiaire appelée « thibaude » augmente l’atténuation des bruits de chocs et l’absorption des  bruits aériens.

RESISTANCE

 
La laine est plus résistante en termes d’aspect que le synthétique. Le synthétique (polyamide,  polypropylène et polyester) est quant à lui plus résistant à l’usure que la laine.

ENTRETIEN

La moquette nécessite un entretien régulier par dépoussiérage (aspirateur) et périodiquement un nettoyage en profondeur (shampouinage).

Santé des occupants

Le GUT (association européenne des fabricants de moquette écologique) décerne un label sur les moquettes. Ce label offre des garanties de respect en matière d’émissions intéressant la santé.

Mise en oeuvre

La moquette doit être parfaitement plane, il ne doit pas y avoir d’interstice entre les lés ou les dalles.

Les moquettes en petite largeur doivent présenter des coutures bien rectilignes. Les lés ou les dalles doivent être raccordés de façon à assurer la continuité d’aspect des éventuels dessins.

Pour les dalles plombantes, il ne doit pas y avoir de soulèvement.

Il doit y avoir une barre de seuil aux ouvertures si la moquette s’arrête sur un autre revêtement de sol.

Les plinthes doivent être posées après la moquette. Dans le cas d’une rénovation, cela signifie que les plinthes doivent être déposées avant pose de la moquette et reposées ensuite.

Revêtements en fibres végétales

A côté des moquettes, il existe aussi des sols textiles en fibres végétales. Ceux-ci sont réalisés en coco (fibre issue de la noix de coco), en jonc de mer, en sisal (fibre issu de l’agave), etc.

Il n’existe pas de classement UPEC pour les sols textiles en fibres végétales et leurs caractéristiques d’usage ne sont pas suffisamment connues pour être abordées dans ce guide.

Notre conseil

Les colles labellisées EMICODE EC1 respectent des exigences en termes d’émissions volatiles, favorisant ainsi une bonne qualité de l’air intérieur.

Quelques termes techniques de la moquette

Thibaude : Sous-couche textile isolante, disposée sous certains revêtements de sols. La thibaude est composée de fibres de chanvre, de jute ou de poils d’animaux, grossièrement tissés ou aiguilletés. La moquette peut être aiguilletée c’est-à-dire composée d’une couche d’usure en poils entremêlés en tous sens (par aiguilletage) sur une trame textile éventuellement enduite d’un polyvinyle plastifié. La moquette peut être floquée, par projection à refus (flocage), sur un dossier préalablement enduit de colle, des courtes fibres textiles du velours ; ces fibres sont orientées perpendiculairement au dossier en traversant un champ magnétique. La moquette peut être tuftée ou touffetée ou piquées (par tufting ou piquage) : les touffes de poils (laine ou matière synthétique) sont implantées verticalement dans une trame résistante, souvent en jute, formant dossier ; l’accrochage est souvent consolidé par une enduction à base de latex ou de PVC.

Source : © Dicobat

Réagissez à cette fiche

Qualitel se réserve le droit de publier ou non votre commentaire.

Les champs marqués par une astérisque (*) sont obligatoires

Les réactions à cet article

Aucun commentaire.