Bien acheter, bien rénoverle guide de la qualité du logement

Les fenêtres

Description

Les fenêtres constituent des éléments très importants de la façade d’une habitation.

Outre le rôle qu’elles jouent dans l’architecture de la façade, elles remplissent plusieurs fonctions. Elles permettent l’accès à la lumière et au soleil, elles constituent un rempart contre le vent et la pluie, elles jouent un rôle important dans la performance thermique et acoustique de la façade.

C’est un produit complexe dont il faut s’assurer régulièrement qu’il est en bon état et en adéquation avec l’offre technique du moment.

Les protections qui accompagnent la fenêtre (fermetures, protection solaires) doivent faire l’objet de la même attention.

QUELQUES TERMES TECHNIQUES

Une fenêtre est constituée d’un bâti (partie fixe solidaire de la façade), aussi appelé dormant, et d’un ou plusieurs vantaux.

Le vantail, qui constitue la partie mobile de la fenêtre, est aussi appelé ouvrant.

Les vitrages sont soit collés au châssis par du mastic, soit maintenus par des baguettes dénommées parcloses.

La quincaillerie désigne l’ensemble des accessoires de fixation qui solidarisent le vantail et le dormant, et des éléments de serrurerie qui permettent la fermeture de la fenêtre.

Les professionnels emploient souvent le terme de menuiserie pour désigner la fenêtre dans sa totalité, quel qu’en soit le matériau.

MATERIAUX

Du point de vue des matériaux, les fenêtres en bois, en aluminium ou en PVC qui sont présentes sur le marché, peuvent être globalement considérées comme présentant aujourd’hui des performances équivalentes, avec cependant des exigences d’entretien différentes pour le bois, qui nécessite en général un renouvellement régulier de la peinture.

Le cadre d’aluminium doit être « à rupture de pont thermique ».

Certains appartements d’après-guerre comportent des fenêtres dont les châssis sont en acier et qui de ce fait ont une mauvaise performance thermique.

Usages

Les fenêtres à deux vantaux sont les plus courantes sur toutes les façades verticales, qu’il s’agisse de fenêtres ou de portes-fenêtres.

Il existe aussi des fenêtres à un vantail dites « oscillo-basculantes » qui peuvent s’ouvrir selon un axe vertical ou un axe horizontal. Elles peuvent être intéressantes dans la cuisine, car elles peuvent rester ouvertes sans claquer.

Les toitures inclinées comportent des fenêtres d’un type particulier.

Enfin, pour les baies de grandes dimensions, des fenêtres coulissantes sont utilisées.

Performances

PERFORMANCES MECANIQUES

Les performances mécaniques des fenêtres expriment leur capacité à assurer l’étanchéité de l’habitation sous l’effet de la pluie et du vent.

Elles sont mesurées par un classement AEV, qui concerne l’étanchéité à l’air (A), l’étanchéité à l’eau (E) et la résistance aux effets du vent (V). Le classement A*E*V*, attribué à l’issue de tests en laboratoire, situe ces performances sur une échelle : indice A1 à A4 pour l’étanchéité à l’air, E1 à E9 pour l’étanchéité à l’eau, V1 à V4 pour la résistance mécanique au vent. Plus l'indice est élevé, plus la performance est élevée.

La certification NF garantit, pour les fenêtres avec un châssis en aluminium ou en PVC, ces performances AEV ainsi que la facilité de manœuvre des fermetures. Les performances analogues des fenêtres avec châssis en bois sont garanties par la certification CTB fenêtre.

Voir le site du CNPP, organisme certificateur A2P des portes et fenêtres contre l'intrusion.


 

La sécurité contre l’effraction peut être obtenue par un système anti-dégondage, une poignée à clé, plusieurs points de fermeture, un vitrage retardateur d'effraction, un volet roulant intégré et un dispositif de verrouillage automatique. Le vitrage utilisé est généralement constitué de 2 plaques de verre avec un film plastique intercalaire.

Le certificat A2P, reconnu par les assurances, garantit une sécurité renforcée des fenêtres selon trois niveaux de résistance à l’effraction : R1, R2, R3. Il est délivré par le centre national de prévention et de protection (CNPP).

PERFORMANCES THERMIQUES

La performance thermique de la fenêtre concerne à la fois la faiblesse de ses déperditions de chaleur et son aptitude à capter la chaleur du soleil et la lumière du jour.

Cette 2ème performance est principalement caractérisée par le facteur solaire S, rapport entre l’énergie solaire transmise dans l’habitation et l’énergie solaire reçue par la fenêtre.

La déperdition thermique quant à elle, résulte de la déperdition des profilés de fenêtres et de celle du vitrage.

Les vitrages utilisés aujourd’hui sont généralement des doubles vitrages 4-16-4 (2 verres de 4 mm espacés de 16 mm). L’espace intérieur est fréquemment rempli d’argon, gaz plus isolant que l’air. L’une des faces intérieures du verre comporte généralement une très fine couche transparente d’oxydes métalliques pour diminuer l’émission infra-rouge depuis l’intérieur de l’habitation (vitrages peu émissifs, qui sont aujourd’hui courants).

Dans certaines régions froides et pour certaines orientations, l’utilisation de fenêtres à triple vitrage, encore plus isolantes, peut s’envisager.

PERFORMANCES ACOUSTIQUES

La performance acoustique de la fenêtre vis-à-vis des bruits extérieurs provient à la fois de l’obstacle qu’elle présente par rapport au passage de l’air extérieur (cf. étanchéité à l’air) et des qualités d’atténuation acoustique présentées par le système profilé et le vitrage.

La performance du vitrage est essentielle pour l’isolement acoustique. Elle s’obtient avec des doubles vitrages dissymétriques de type 10-6-4 (deux verres d’épaisseurs respectivement de 10 et 4 mm, séparés par un vide d’air (ou de gaz rare) de 6 mm).

Les prises d’air sur les fenêtres et les coffres de volet roulant peuvent détériorer la performance acoustique. Sur des rues bruyantes, leurs caractéristiques doivent être soigneusement étudiées.

Les qualités d’isolation thermique et acoustique sont garanties par la certification ACOTHERM, certification complémentaire à NF. La performance d’isolation thermique va croissant de 6 à 17 (indice TH) et la performance d’isolation acoustique va croissant de 1 à 4 (indice AC).

Mise en oeuvre

La certification des fenêtres garantit la qualité des produits mais non celle de leur mise en œuvre.

Il faut veiller en particulier à ce que les performances thermiques et acoustiques autorisées par les produits, soient acquises grâce à une pose soigneuse. Il est important en effet que le bloc-baie soit exactement adapté à la taille de l’ouverture, de façon à éviter une correction par bourrage de mousse, présentant des qualités thermiques ou acoustiques insuffisantes.

Mise en garde

Les qualités mécaniques de la fenêtre assurant son étanchéité à l’air (synonymes d’économies d’énergie) se dégradent dans le temps.

Il faut effectuer un réglage au bout d’un certain temps.

Notre conseil

Dans la salle de bain, l’existence d’une fenêtre est un grand avantage.

Pensez lors de son remplacement au vitrage opaque, granité ou sérigraphié.

Quelques termes techniques des fenêtres

Allège : Élément mural situé entre le niveau d’un plancher et l’appui d’une baie ; l’allège a la même largeur que la baie, ou la largeur de plusieurs baies juxtaposées si elles sont séparées par des meneaux.

Crémone : Dispositif de fermeture des vantaux des fenêtres et des portes-fenêtres, dans lequel une poignée à bascule commande deux verrous par l’intermédiaire de tiges : les tiges sont guidées par des coulisseaux, ou conduits, puis des chapiteaux, pour pénétrer dans les gâches des dormants.

Dormant : Châssis fixe, scellé à la maçonnerie, d’une porte, d’une croisée, d’une fenêtre de toit ou d’une trappe ; sur le dormant s’articulent un ou plusieurs vantaux, ou ouvrants.

Imposte : Partie d’une baie située au-dessus des vantaux ouvrants de la porte ou de la croisée ; l'imposte peut être fixe ou ouvrante, battante, basculante ou pivotante, vitrée ou pleine, basculante ou pivotante, vitrée ou pleine.
Meneau : Montant vertical dormant, en général en maçonnerie, qui divise une baie en plusieurs parties.

Linteau : élément monolithe qui ferme le haut d’une baie et soutient la maçonnerie située au-dessus de l’ouverture, reportant sa charge vers les jambages, piédroits ou poteaux. Le linteau peut être une pierre (en délit), une poutre de bois, un profilé d’acier (type IPN), ou une poutre en béton coulée in situ ou préfabriquée.

Ouvrant : Désigne la partie mobile d’un châssis de croisée (syn. vantail), d’un bloc-porte, d’une trappe ; dans un portail ou dans une porte à deux battants, l’ouvrant désigne surtout le côté qui s’ouvre en premier.

Trumeau : Pan de mur situé entre deux baies de même niveau. Si la séparation des baies est étroite, c’est une pile, un pilier central, ou un meneau.

Source : © Dicobat

Réagissez à cette fiche

Qualitel se réserve le droit de publier ou non votre commentaire.

Les champs marqués par une astérisque (*) sont obligatoires

Les réactions à cet article

Aucun commentaire.