Bien acheter, bien rénoverle guide de la qualité du logement

Toiture inclinée avec couverture à petits éléments

Toiture inclinée avec couverture à petits éléments

Description

Les différents types d'éléments utilisés sont :

LES TUILES DE TERRE CUITE

Ce sont les produits les plus utilisés, sous les formes suivantes :

Tuile à emboîtement
Tuile à emboîtement
  • les tuiles mécaniques (ou tuiles à emboîtement ou glissement). L’étanchéité de la couverture est assurée à la fois par l’emboîtement de 2 tuiles adjacentes et par le recouvrement des tuiles selon la pente.
Tuile plate
Tuile plate
  • les tuiles plates (rectangulaires ou à forme d’écailles). L’étanchéité de la couverture est assurée uniquement par le recouvrement des tuiles. En tout point de la toiture, il y a 3 épaisseurs de tuiles.
Tuile canal
Tuile canal
  • les tuiles canal, de forme arrondie. L’étanchéité de la couverture est assurée par le double dispositif de tuiles de dessous (à concavité vers le haut, jouant le rôle de gouttière) et de tuiles de dessus (à concavité vers le bas), et par le recouvrement longitudinal des unes et des autres.

Les tuiles de terre cuite possèdent naturellement une couleur rouge plus ou moins soutenue, procurée par les oxydes de fer de l’argile. Un traitement de surface (engobe, émail) permet, après cuisson, de varier encore les nuances des tuiles et leur aspect.

LES TUILES DE BETON

Elles existent sous la forme de :

  • tuiles mécaniques (ou tuiles à emboîtement ou à glissement)
  • tuiles plates

Les tuiles de béton se présentent sous des formes analogues à celles des tuiles de terre cuite. L’adjonction de pigments minéraux à la fabrication permet de les obtenir selon des coloris variés.

Toiture en tuiles de béton
Toiture en tuiles de béton

LES ARDOISES

Les tuiles d’ardoise sont obtenues à partir d’un matériau naturel, l’ardoise, extrait en carrière et débité aux dimensions et épaisseurs voulues. L’étanchéité des couvertures en ardoise est obtenue par le recouvrement de celles-ci.

L’ardoise est de couleur gris-bleuté, qui présente, selon le lieu d’extraction, des nuances variables (violine, mordorée…).

Par ailleurs, les bardeaux bitumés (feutre imprégné d’asphalte et enduit de fins granulats) ont souvent été utilisés en couverture de pavillons dans les années 1960-1970. On peut les retrouver sur des constructions datant de cette époque.

Performances attendues

La couverture de petits éléments doit constituer une barrière contre l’eau, car les éléments support en dessous ne jouent aucun rôle à cet égard.

Elle doit également avoir une résistance mécanique vis-à-vis de la pluie et de la grêle et vis-à-vis des charges de neige.

La toiture doit également présenter une résistance vis-à-vis de l’exposition à un feu extérieur. L’obtention des performances attendues est liée, en fonction de l’exposition au vent et à la pluie du site, au respect des règles de pente, de recouvrement des éléments et de fixation de ceux-ci.

 

Concernant les éléments eux-mêmes, les performances à surveiller sont les suivantes :

imperméabilité à l'eau

résistance mécanique

résistance au gel/dégel

respect des tolérances dimensionnelles

stabilité de l'aspect (coloris) dans le temps

résistance à la prolifération des champignons et mousses

Par ailleurs, la bonne qualité (résistance à la corrosion) des fixations est un facteur important.

Marques de qualité

Pour être assuré de la bonne qualité des produits, le recours à des produits portant la marque NF est conseillé.

Mise en oeuvre

L’étanchéité de la toiture et la qualité de son aspect reposent sur la bonne réalisation des supports et sur le traitement soigneux des parties courantes et de tous les points singuliers, qui sont nombreux sur les toitures et qui requièrent des produits et accessoires spécifiques. Le recours à un artisan spécialisé est donc indispensable.

Notre conseil

  • Pour le choix d’un artisan pour la réalisation d’une couverture, pensez à lui demander ses références : couvertures réalisées dans les environs, que vous pourrez aller regarder.
  • Tuile canal : si l’on doit rajouter de nouvelles tuiles canal à d’autres tuiles anciennes, la différence entre les deux types d’éléments peut passer inaperçu. Les tuiles les plus récentes, d’une couleur généralement plus vive, seront posées en-dessous afin de réserver les plus anciennes pour former le couvert.

Mise en garde

  • Lors du nettoyage à la lance à eau d’une couverture à petits éléments, veillez à toujours agir depuis le haut !
  • Tuiles en amiante-ciment : certaines toitures anciennes comportent des tuiles en amiante-ciment, matériau aujourd’hui interdit. Si ces tuiles sont en bon état, elles ne présentent pas de danger mais leur enlèvement sera coûteux.

Quelques termes techniques de la toiture

Arbalétrier : Pièce rampante d’une ferme de charpente ; elle est solidarisée avec une extrémité de l’entrait et avec le sommet du poinçon ; l’arbalétrier soutient les pannes intermédiaires.

Arêtier : Pièce de charpente constituant l’ossature de chaque arête ; sa section comporte un angle ouvert démaigri, de sorte que chacune de ses faces externes soit dans le plan d'un versant de toiture.

Chevron : Chacune des pièces de bois équarri fixées sur les charpentes suivant la ligne de pente, pour porter les supports horizontaux des matériaux de couverture (lattes, liteaux, voliges ou panneaux de sous-toiture non autoporteurs). Cloués sur la panne faîtière, sur les pannes intermédiaires et sur la panne sablière, les chevrons sont espacés de 30 à 60 cm selon le type de couverture.

Faitage : Le faîtage est la pièce de bois horizontale, dite panne faîtière, qui relie le sommet des poinçons ou les angles supérieurs des fermes.

Ferme ou fermette : Assemblage de pièces dans un plan vertical, formant l’ossature triangulée d'une charpente : toute charpente classique est constituée de fermes établies perpendiculairement à l'axe du comble. Les fermes sont contreventées par des pannes horizontales qui portent les chevrons et la couverture.

Fermette : Assemblage triangulé analogue à celui des fermes, mais plus léger, préfabriqué et livré prêt à poser, en travées rapprochées, tous les 0,50 à 1,50 m (selon le type de fermette et le poids de la couverture).

Noue : La noue, ou arêtier de noue, est la pièce d'angle rentrant commune à deux charpentes dont les axes forment un angle.

Panne : Pièce horizontale d’une charpente de comble, en bois ou en métal, autrefois nommée filière. La panne repose sur les arbalétriers des fermes, et sert de support aux chevrons, ou aux panneaux rigides de couverture.

Rampant : Peut qualifier tout élément ou membre d’architecture dont l’axe principal est oblique, ou en pente. Les rampants (au plur.) sont les parties d’un ensemble qui sont disposées en pente : les rampants d’un pignon, d’un fronton, etc.

Volige : Planche légère de sapin ou de peuplier, d’environ 1,2, 1,8 ou 2,6 cm d’épaisseur et de 10,5 cm de largeur, utilisée en couverture pour composer des platelages jointifs : les voliges, clouées horizontalement sur les chevrons, servent à fixer les couvertures en ardoise, bardeaux, feuilles métalliques, etc.

Source © Dicobat

Réagissez à cette fiche

Qualitel se réserve le droit de publier ou non votre commentaire.

Les champs marqués par une astérisque (*) sont obligatoires

Les réactions à cet article

Aucun commentaire.