Bien acheter, bien rénoverle guide de la qualité du logement

Les murs

Les murs

Description

Les murs supportent les charges du bâtiment. Ce rôle est assuré par les murs périphériques, en contact avec l’extérieur, et éventuellement par des « refends », murs perpendiculaires à la façade.

En même temps, les murs périphériques, grâce à différents compléments, remplissent d’autres rôles : étanchéité vis-à-vis de la pluie et de l’air extérieur, isolation acoustique, isolation thermique.

Dans certaines constructions, les deux types de fonctions sont dissociés. La fonction porteuse est assurée par des poteaux, cependant que l’étanchéité et l’isolation sont assurées par « l’enveloppe » du bâtiment (façade légère, murs rideaux).

Dans ce qui suit, l’accent sera surtout mis sur la fonction porteuse, les autres préoccupations étant abordées dans les chapitres qui leur sont consacrés.

SI VOUS ACHETEZ SUR PLAN

Si vous achetez sur plan, vous n’aurez pas à vous préoccuper de la solidité des murs.

Comme pour les fondations, ce sujet aura été vu par l’architecte et le bureau d’études « structure », et la mise en œuvre vérifiée par un contrôleur technique.

SI VOUS ACHETEZ DANS UN IMMEUBLE ANCIEN

Si vous achetez dans un immeuble ancien (dans un centre historique par exemple), les murs de façade auront souvent été réalisés dans un matériau solide (pierre de taille), les murs latéraux mitoyens étant réalisés de façon plus légère. Le mur arrière (côté cour) aura souvent une structure hétérogène (moellons, pans de bois). Il pourra présenter des défauts qui n’apparaîtront qu’à l’occasion d’un ravalement.

SI VOUS FAITES CONSTRUIRE UNE MAISON INDIVIDUELLE

Si vous faites construire une maison individuelle, vous aurez l’embarras du choix devant plusieurs solutions (qui, pour la plupart, sont aussi utilisées par les immeubles collectifs).

Votre choix sera souvent guidé par le constructeur ou le maître d’œuvre (qui ont souvent une préférence pour un ou deux types de solutions). Mais vous pouvez vous-même déterminer ce choix après vous être renseigné sur les performances de « système » de mur complet en matière de thermique, de durabilité, etc.

Les solutions les plus courantes sont détaillées ci-dessous. Il n’est pas interdit de mixer deux d’entre elles sur le même projet.

Types de murs

LES MURS EN BLOCS DE BETON

Maçonnerie en blocs de béton avant finitions
Maçonnerie en blocs de béton avant finitions

Le bloc béton est un élément de maçonnerie moulé, gris, en forme de parallélépipède creux. Il est composé de granulats, de ciment, quelquefois de bitume et d'eau.

Sa structure peut être creuse ou pleine selon sa classe de résistance : plus le bloc de béton aura de charge à supporter, plus sa classe de résistance devra être élevée et plus il sera lourd.

Ses dimensions sont généralement de 20cm de hauteur, 50cm de longueur, avec une épaisseur variable. Les épaisseurs les plus courantes sont 5cm (planelle), 10cm, 15cm pour un mur de refend, ou 20cm (190mm) pour un mur porteur extérieur.

La dernière génération des blocs béton est constituée par les blocs béton à joints minces, scellés au mortier-colle.

Comme le béton, le bloc béton est un des matériaux qui possèdent le plus d’inertie thermique. Il a aussi d’excellentes propriétés mécaniques à la compression.Les blocs de béton nécessitent un doublage (isolation rapportée), pour atteindre les performances thermiques souhaitées.

Pour bénéficier d'un confort acoustique (indispensable dans les immeubles collectifs), les blocs de béton, comme les autres maçonneries, doivent être associés à un isolant spécifique comme la laine de verre.

LES MURS EN BETON CELLULAIRE

Le béton cellulaire appartient à la famille des bétons légers. Il est fabriqué à partir de ciment, de chaux, de sable et d’eau, auxquels s'ajoute un agent d'expansion qui permet la formation de millions de cellules d'air, occluses dans la masse. Son passage à l’autoclave lui donne sa dureté et sa stabilité.  
La présence de bulles d’air lui confère sa légèreté ainsi qu’une importante isolation thermique (isolation répartie). Il limite également les ponts thermiques de façon très sensible.

Le béton cellulaire est posé à « joints minces ». La planéité de ses faces lui permet d’être collé, au lieu d’être posé. La pose s’effectue, comme pour le bloc béton, à joints croisés.

Ce mode constructif présente aussi un bon comportement pour les chaleurs d’été. Un mur en béton cellulaire est poreux. Avec un enduit extérieur adapté, il est imperméable à l'eau tout en étant perméable à la vapeur contenue à l'intérieur de l’habitation.

En épaisseur de base, ses qualités acoustiques sont moyennes. Un doublage acoustique est nécessaire dans l’habitat collectif.

Bloc de béton cellulaire
Bloc de béton cellulaire
Mise en oeuvre d'un bloc de béton cellulaire
Mise en oeuvre d'un bloc de béton cellulaire
Murs en bloc de béton cellulaire avant finitions
Murs en bloc de béton cellulaire avant finitions

LES MURS EN BRIQUES

La brique classique présente des alvéoles verticales et peut être pleine (matériau traditionnel très ancien) ou creuse (plus légère et isolante). Dans cette gamme, la brique à joints minces est la dernière innovation.

La brique à isolation répartie ou monomur de terre cuite assure la fonction d’élément porteur et d’isolant. C’est une brique en terre cuite incluant de fines cloisons entre lesquelles des alvéoles verticales emprisonnent l’air jouant le rôle d’isolant thermique intégré.

La brique pleine peut être laissée apparente ou être employée comme matériau de parement. La brique à isolation répartie se présente en épaisseurs de 20 à 37,5cm.

La brique à isolation répartie est naturellement isolante. Grâce à son inertie, elle joue un rôle de régulateur thermique. Elle assure aussi une certaine limitation des ponts thermiques. La brique à isolation répartie se pose de la même façon qu'un bloc béton, à joints croisés. Un mortier-colle spécial est appliqué par un rouleau distributeur.

Brique pleine
Brique pleine
Brique à isolation répartie
Brique à isolation répartie
Maison en briques à isolation répartie avant finition
Maison en briques à isolation répartie avant finition

LES MURS EN BETON BANCHE

Le béton banché est coulé dans un coffrage qui peut épouser différentes formes, une banche. Il offre une mise en œuvre facile et rapide mais est plus coûteux que le bloc traditionnel.

Quoiqu’elle soit plutôt réservée à des immeubles plus importants, la solution du béton convient aussi à la maison individuelle. Cette solution est particulièrement indiquée en cas de contraintes (poussées horizontales) et de risques d’infiltration.

En raison de sa faible capacité d’isolation thermique, le béton recevra un doublage thermique intérieur ou extérieur. A l’inverse, son inertie thermique constitue un atout pour le confort d’été.

Correctement réalisé, un sous-sol en béton banché est étanche mais son imperméabilité à l'humidité amène de la condensation et des moisissures dans des maisons insuffisamment ventilées.

LA MAISON EN BOIS

Maison à ossature bois en cours de mise en oeuvre
Maison à ossature bois en cours de mise en oeuvre

Il existe plusieurs types de construction en bois :

  • la maison à ossature bois (MOB), constituée de poutres de bois entre lesquelles sont placés les matériaux isolants. Sont mis en place, côté extérieur, une étanchéité à l'eau et un habillage type bardage et, côté intérieur, une étanchéité à la vapeur et un parement de finition. Les montants de la structure intègrent une isolation thermique et acoustique
  • la maison en bois massif empilé, constituée de murs en bois massif montés par empilement de rondins ou de madriers
  • la maison en panneaux massifs lamellés-collés qui implique la réalisation en usine de pans de murs obtenus par collage de planches de bois les unes aux autres en multiples plis croisés.


Les essences de bois les plus utilisées sont l'épicéa, le pin sylvestre, le mélèze et le pin Douglas.

La maison à ossature bois, ou à structure poteaux poutres, s’adapte à beaucoup de styles régionaux, aux zones urbaines ou rurales. La maison en bois massif empilé est surtout répandue dans les régions montagneuses. La maison en panneaux massifs lamellés-collés correspond à une architecture plus contemporaine.

Une maison en bois bien conçue résiste aux épreuves du temps. Bien que l'aspect du bois extérieur vire au gris sous l'effet des ultra-violets du soleil, cela n'affecte en rien sa résistance.

Il existe trois grands types de mises en œuvre :

  • la construction sur site
  • la construction par panneaux préfabriqués
  • la construction par modules tridimensionnels.

LES MURS EN PIERRE APPARENTE

Largement utilisée dans le passé au début du 20ème siècle (voir par exemple les pavillons en meulière de la banlieue parisienne), cette technique est utilisée aujourd’hui pour des maisons recherchant une architecture régionale.

Les murs sont réalisés avec des pierres de carrière, telles que le granit. En dehors des murs de pierre sèche, technique ancienne peu utilisée aujourd’hui, ces murs sont montés avec des joints apparents, dont le dessin est un élément important de l’aspect.
    
En raison du faible pouvoir isolant de ces matériaux naturels, une isolation thermique par l’intérieur est indispensable.

LA MAISON A OSSATURE METALLIQUE

Construction à ossature métallique
Construction à ossature métallique

Bien que peu utilisée dans l’habitation, l’ossature métallique se prête à un grand nombre d’architectures. La structure est en général réalisée en profilés en acier galvanisé.

Elle reçoit différents types de matériaux de façade, comme éléments de remplissage, associés aux isolants nécessaires.

Quelques termes techniques du gros-œuvre

Chainage : Élément d'ossature des parois porteuses d'un bâtiment. Ceinturant les murs, le chaînage solidarise les parois, et empêche les fissurations et la dislocation du bâtiment.

Linteau : Élément monolithe qui ferme le haut d’une baie et soutient la maçonnerie située au-dessus de l’ouverture, reportant sa charge vers les jambages, piédroits ou poteaux.

Source : © Dicobat

Réagissez à cette fiche

Qualitel se réserve le droit de publier ou non votre commentaire.

Les champs marqués par une astérisque (*) sont obligatoires

Les réactions à cet article

Aucun commentaire.